+33 6 72 16 84 02

Content Marketing : qu’est-ce qu’un bon brief rédactionnel optimisé pour le web?

par | Content Marketing | 0 commentaires

Vous vous lancez dans la création de votre blog B2B ? Vous avez suivi nos conseils pour préparer un calendrier éditorial efficace ? L’étape suivante est la mise à l’écrit du cahier des charges ou brief de rédactionnel optimisé pour le web.

Si vous faites appel à un rédacteur web SEO externe, ce brief de contenu sera essentiel pour votre communication écrite. Il sera une passerelle entre l’éditeur, c’est-à-dire vous, et le prestataire.

Souvent négligé, la mise à l’écrit de ce cahier des charges vous permettra de communiquer vos besoins, vos objectifs, de cerner le cadre de cette mission, de présenter vos valeurs, vos clients, l’angle de votre article et ainsi, de gagner en efficacité.

Plus un brief comporte d’instructions précises, claires et structurées plus vous gagnez du temps, et donc économisez de l’argent.

Nous vous expliquons les étapes clés de la rédaction de ce brief. En bonus, nous vous proposons un exemple type de brief rédactionnel optimisé pour le web.

 

Pourquoi le brief de contenu est-il indispensable ?

 

En tant que dirigeant ou responsable marketing, vous connaissez parfaitement votre entreprise et ses valeurs, votre offre, votre marque. Mais un rédacteur web SEO externe n’a pas ces informations cruciales, il ne pourra pas les deviner juste à partir d’une commande d’article et 3 mots-clés.

Avec un brief rédactionnel optimisé, vous exprimez clairement vos besoins et vos objectifs (notoriété, conversion, image de marque, billet d’humeur) à toutes les personnes externes au projet. Vous vous assurez de la tonalité de l’article, de votre ligne éditoriale en adéquation avec votre buyer persona (cela s’applique également aux contenus sur les réseaux sociaux, les communiqués de presse ou du print).

Ce cahier des charges permet aussi de mieux hiérarchiser l’information qui sera contenue dans l’article. Votre introduction, les différents titres et sous-titres de votre article, le contenu lui-même, c’est-à-dire la promesse possible que vous faite aux visiteurs de votre site et enfin la conclusion qui ouvre vers votre offre, votre CTA ou d’autres articles de votre blog. Plus vous préciserez cette partie, plus votre objectif sera clair pour le pigiste.

Un bon brief de contenu permet également d’éviter les mauvaises surprises sur le style et le ton éditorial, le vouvoiement/tutoiement, les signes attendus, si oui ou non le rédacteur peut citer un site externe. Il est assez embarrassant de trouver un article avec un ton trop familier au lieu d’un style professionnel, du tutoiement, des points d’exclamations quand votre public n’est pas habitué à cela, ou pire si l’article renvoie vers votre concurrent direct.

En apportant une structure claire et des informations précises, vous gagnerez en temps et vous limiterez les allers-retours de correction et de validation entre vous et le prestataire.

Si l’inspiration ne vient pas tout de suite, vous vous rendrez compte du meilleur angle à apporter à un article en analysant les problématiques de votre cible et… en rédigeant votre brief de contenu. Au même titre qu’une réunion de brainstorming vous donne les angles de traitement, la rédaction du brief et les recherches que vous ferez en amont clarifieront votre stratégie. Et pour vous y aider, nous vous avons préparé une check-list.

 

La checklist d’un bon brief de rédaction

Un cahier des charges pour la rédaction web n’est pas forcément un document de 25 pages. Il doit permettre de clarifier les points les plus importants. Et par la même occasion, donner à votre prestataire la possibilité de répondre précisément à votre vision de l’article attendu et éviter tout malentendu.

Content Marketing : Besoin d’être accompagné dans la création de vos contenus ?

Pour cela, il doit contenir plusieurs données précises. Ces questions vous aideront à écrire ce brief de rédaction :

 

Quel type de contenu attendez-vous ?

Souhaitez-vous lire un article de blog sur une thématique précise ? Une fiche produit optimisée pour le web ? Un article corporate ? La typologie de contenu souhaité donne le style général de la rédaction et facilite la réalisation de cet objectif de contenu (marketing pour la conversion, storytelling, notoriété).

 

Où sera lu cet article ?

Sera-t-il publié sur les réseaux sociaux ? Dans votre blog ? Sur le site de votre partenaire ? Le ton diffère selon les plateformes, les longueurs de contenu de même.

 

Quelle sera la longueur de l’article ?

En terme d’optimisation, et de profondeur de contenu, il y a une différence notable entre des fiches produits pouvant être traité en moins 300 mots et du contenu sur un sujet plus complexe de 1000 mots ou plus. Le prix de la rédaction sera aussi bien différent. Un brief rédactionnel vous permettra de budgétiser votre stratégie de contenu ou vos campagnes.

 

Qui êtes-vous ?

Des éléments de contexte comme votre offre, les objectifs de votre contenu, l’historique de votre société seront autant d’éléments facilitant la rédaction et la limitation d’erreur ou de malentendu.

 

Pour qui écrivez-vous ?Qui est votre personae ?

Quelles sont ses problématiques ? A l’aide de cet article, répondrez-vous à ses questions ? Une étude en amont de ces interrogations est nécessaire pour tisser le portrait de votre cible.

 

Quel ton et style à adopter ?

Nous l’avons vu précédemment, pour éviter les mauvaises surprises, il vaut mieux énoncer clairement votre ligne éditoriale. Votre buyer persona est habitué à un style de prise de parole. Un changement perceptible créera une scission, et vous risquez de perdre votre audience cible.

 

Quelle structure pour cet article ?

Vous avez déjà plusieurs idées en tête, grâce notamment à votre recherche en amont sur les sites concurrents pour voir ce qui se faisait. Vous avez dégagé un mot-clé principal qui correspond à une problématique de votre public cible. Ces informations vont vous permettre d’établir le plan du contenu souhaité. Avec des titres, et des sous-titres, et quelques idées principales à faire ressortir dans les différentes parties, le plan de votre article sera clair pour le rédacteur web.

 

Quelles sont les sources d’informations ?

Lors de vos recherches, vous avez dégagé des articles ou fiches produits solides, valables. Ces ressources web ou plaquettes commerciales seront utiles pour le rédacteur. Ce dernier n’aura pas à recréer un mood-board pour votre fiche produit, et peut-être tomber à côté de l’objectif. Vous cherchez à gagner en efficacité, et si vous avez les informations, nul besoin de les dissimuler.

 

Qui sera l’interlocuteur du prestataire ?

Indiquez les informations de contact. En cas de doute, un email ou un numéro de téléphone peut débloquer une situation, une incompréhension et éviter une correction à la livraison.

 

Quel délai ?

Pour coller au mieux avec votre planning éditorial ou votre campagne, il est préférable de fixer un délai pour la première livraison. Cela vous laissera du temps pour les corrections si nécessaire.

 

Penser au SEO dans votre brief de rédaction

 

Vous pouvez aller plus loin dans l’écriture de votre brief rédactionnel optimisé pour votre audience. Lorsque vous avez effectué votre recherche sur les problématiques de votre persona, vous avez utilisé un moteur de recherche ou un générateur de mots-clés. Ce sujet d’article est-il oui ou non recherché par la cible ? Si oui, quels sont les mots-clés principaux et secondaires utilisés ? Demandez à votre prestataire d’inclure ces expressions-clés ainsi que les mots-clés de longue traîne.

 

Pour vous éviter tout casse-tête de conversion entre Word, OpenOffice, ou un PDF, précisez le format de livraison. Et si pour vous il est plus simple de voir le rendu avec les titres et sous-titres, vous pouvez également ouvrir un compte éditeur sur votre CMS (WordPress, Prestashop, Joomla… ) avec demande de relecture. Un rédacteur web aguerri est conscient de la nécessité de ce balisage en Hn (H1, H2, H3).

 

De même, un professionnel connaît aussi les enjeux du maillage interne. Si vous avez déjà réfléchi à la navigation sur votre site, indiquez-lui les contenus à lier à votre article. Cette intégration sera fluide et naturelle avec une ancre de qualité si elle a été établie en amont.

 

Dernier point, il n’est pas impossible que le rédacteur copie une partie d’un contenu concurrentiel. Des outils existent pour déceler le duplicate content. Le seuil de tolérance de 10% est à préciser lors de la rédaction de votre brief. Si ce seuil est dépassé, demandez une correction au rédacteur. Si vous passez outre, les conséquences sur votre référencement seront préjudiciables.

 

Un bon brief de contenu permet d’éviter les mauvaises surprises, et les incompréhensions entre le dirigeant et un rédacteur web. En exemple, nous vous proposons un exemple de modèle de brief utilisé par Webconversion.

 

CTA Brief

Vous aimerez aussi :

Vos détails

Faites-nous savoir comment vous contacter.