+33 6 72 16 84 02

Ecriture inclusive et SEO : font-ils bon ménage ?

par | Référencement - SEO

Ecriture inclusive, neutre, non genrée, non-discriminante, … quel que soit son nom, le sujet fait débat ! Aussi, après avoir qualifié l’écriture inclusive de « péril mortel » en 2017, l’Académie française a fini par reconnaître, en 2019, la validité des noms de métiers au féminin. Des avancées sont donc possibles ! Mais qu’on soit pour ou contre, une question se pose lorsqu’elle est utilisée sur internet : écriture inclusive et SEO font-ils bon ménage ? Décryptage.

 

Qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

On l’appelle écriture inclusive, langage épicène, rédaction sans stéréotype de sexe, langage neutre, … mais de quoi s’agit-il ? Concrètement, cette pratique vise à rédiger en ôtant les stéréotypes de genre. Il s’agit d’un ensemble d’attentions graphiques et syntaxiques qui assurent une égalité des représentations entre les femmes et les hommes, en vue d’éviter toute discrimination.

Pourquoi l’écriture inclusive ? Deux postulats. Changer les mentalités est nécessaire pour faire progresser l’égalité ; pour y parvenir il faut agir sur ce qui les construit : le langage.

Dès lors, l’écriture inclusive s’appuie sur trois conventions :

  1. Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres.

Exemples : un auteur/une autrice, un professeur/une professeure, un chef/une cheffe, …

  1. User du féminin et du masculin dès que l’on évoque un individu pouvant être un homme et/ou une femme.

Exemple : un ou une chargé·e de projet, le ou la président·e du conseil, …

  1. Cesser d’utiliser la majuscule de prestige au mot « Homme » pour évoquer l’ensemble du genre humain.

Exemple : les droits humains

À noter : on parle de « conventions » plutôt que de « règles ». Il ne s’agit pas d’une grammaire alternative mais d’un usage égalitaire de la langue.

Il existe de nombreuses formes différentes pour l’écriture inclusive :

  • Les parenthèses : Musicien(ne)
  • Le slash : Musicien/ne
  • Les tirets : Musicien-ne
  • Le point médiant ou point du milieu : Musicien·ne
  • Le point : Musicien.ne
  • L’agglomérat (pour les formes en « eur »/ « ice ») : Acteurice, Agriculteurice, …

 

 

Envie de générer plus de leads grâce au référencement ?

Pour positionner votre site dans les premières position Google,

Ecriture inclusive : quel impact sur le SEO ?

Lorsque l’on utilise l’écriture inclusive en rédaction web, la question du référencement naturel, ou SEO, se pose. Les algorithmes de Google analysent en effet les mots-clefs présents dans les textes afin de positionner les articles dans les résultats de recherche. Les algorithmes classent ainsi les résultats du plus pertinent au moins pertinent, notamment selon la correspondance entre les mots-clefs recherchés et les mots-clefs présents dans le texte. C’est là qu’écriture inclusive et SEO ne s’accordent pas… La présence des signes typographiques utilisés en écriture inclusive (point médian, tirets, parenthèses, …) peut créer des difficultés en termes de lecture pour l’algorithme, en plus de ne constituer qu’une minorité des requêtes saisies par les utilisateurs.

La logique qui régit le SEO repose en effet sur les requêtes des internautes. Pour qu’un article génère du trafic, il doit apporter une réponse à une requête fréquemment recherchée. Et les internautes n’ont pas (encore) pour habitude d’effectuer leurs recherches en écriture inclusive ! De plus, le peu d’utilisateurs à le faire peuvent utiliser les 6 formes différentes que nous évoquions plus haut… Double problème donc : les requêtes en écriture inclusive sont minoritaires, et dispersées.

 

Olivier Andrieu, considéré comme un des experts du référencement français, résume la question en trois points :

  • [Il n’y a] pas de problème si on écrit en écriture inclusive et qu’on est cherché en écriture inclusive, bien que la pratique soit minoritaire. Par contre, si on écrit en écriture inclusive, il y a assez peu de chances d’être trouvé avec des requêtes classiques.
  • La coexistence de plusieurs formes d’écriture inclusive complique la recherche.
  • Tant que les moteurs de recherche ne traitent pas ce genre de requête, l’écriture inclusive n’est pas une bonne idée SEO.

 

Vous l’aurez compris : l’écriture inclusive est à éviter si vous voulez positionner votre site en haut des résultats de recherche Google ! Tant que les moteurs de recherche ne traiteront pas ce type de requête mais surtout, tant que les utilisateurs ne taperont pas ce type de requêtes – et de façon standardisée, écriture inclusive et SEO ne feront pas bon ménage.

À noter : Attention également à l’utilisation de l’écriture inclusive dans les newsletters. Les CMS d’e-mailing peuvent générer des erreurs d’interprétation concernant les liens comportant des points-médians.

 

La problématique du mot-clef, prédominante sur l’égalité femme-homme ?

Dans la mesure où la problématique du mot-clef régit le classement des résultats de recherche, le ou la rédactrice web peut être retissant à l’idée d’utiliser l’écriture inclusive. Pourtant, les exemples d’écriture non genrée sur le web sont de plus en plus nombreux. Si elles sont encore isolées, ces pratiques sont encourageantes… d’autant que certains mastodontes de la rédaction s’y mettent. En effet, Le Monde a récemment instauré de nouvelles règles d’écriture auprès de ses journalistes, pour une écriture non genrée. Cette avancée est d’autant plus significative que le journal fait autorité auprès des algorithmes Google. L’espoir d’un référencement naturel basé sur des mots-clefs non-genrés reste donc permis ! La pratique du web finira peut-être par imposer l’écriture non-discriminante dans les logiques de référencement. Lorsque l’écriture inclusive sera utilisée de manière plus fréquente, elle prendra de l’importance dans les algorithmes Google, ce qui encouragera les professionnels du web à l’employer plus généralement…et ainsi de suite !

Si écriture inclusive et SEO ne font aujourd’hui pas bon ménage, un cercle vertueux peut, petit à petit, aboutir à un mariage heureux. Et les professionnels de l’écriture sont les premiers acteurs de ce changement ! Lus par des milliers de personnes, n’ont-ils pas le devoir de répandre une écriture non-discriminante ? Ne sont-ils pas les plus légitimes pour bousculer un peu les codes et pratiques de la langue ?  Prêter attention au SEO, oui. Écrire pour des robots plutôt que pour des Humains, non ! Mais comment œuvrer pour l’égalité femme-homme sans faire plonger le trafic de son site internet ? Ne vous découragez pas, des astuces existent !

 

Comment être inclusif sans être exclu par les algorithmes Google ?

Conseil n°1 :

Si vous voulez œuvrer directement pour faire avancer le cercle vertueux écriture inclusive/SEO, vous pouvez tout à fait utiliser l’écriture inclusive dans le corps de texte. Bannissez-là toutefois des titres (H1, H2, H3, …) qui ont beaucoup de poids dans le référencement naturel. Bannissez-là également des urls pour éviter les erreurs, et des balises alternatives destinées aux malvoyants. Préférez le point milieu aux slashs, tirets et parenthèses : ces typographies gênent davantage la lecture, notamment pour les personnes handicapées, dyslexiques ou dysorthographiques.

 

Conseil n°2 :

Favorisez les termes génériques et englobants : préférez les expressions comme « l’équipe de rédaction », « le corps enseignant », « la profession médicale », … En vous référant au collectif plutôt qu’à l’individuel, vous évitez toute qualification de genre. Quand cela est possible, utilisez les mots neutres épicènes : « artiste », « spécialiste », « partenaire », « gestionnaire », …

 

Conseil n°3 :

Doublez les termes, en utilisant le féminin et le masculin : « les spectateurs et les spectatrices ont fait une standing ovation (en 2019) ».

 

Conseil n°4 :

Si vous estimez que le conseil n°3 alourdi trop le texte, vous pouvez choisir de ne doubler que l’article, quand il est au singulier : « Le ou la rédactrice web se creuse la tête pour adopter une écriture inclusive compatible avec le SEO ».

 

Conseil n°5 :

Dans le cas d’une énumération, privilégiez l’ordre alphabétique : « l’égalité femme-homme ».

 

De nombreuses possibilités existent pour adopter un langage non-discriminant. A chacun donc de s’emparer de l’écriture inclusive, à partir des ressources qu’offre la langue française. L’usage fait la langue, n’hésitez donc pas à faire évoluer les pratiques, en vue d’une représentation juste de la société !

inbound marketing

Vous aimerez aussi :

Référencement - SEO
L'importance-des-balises-Hn-dans-une-stratégie-SEO
L’importance des balises Hn dans une stratégie SEO

L’importance des balises Hn dans une stratégie SEO

H1, H2, H3, H4… Les 6 balises de titre Hn permettent d’aérer un contenu web grâce à des titres de plus ou moins grande taille. Leur intérêt va pourtant bien au-delà du simple esthétisme, car ces headings permettent surtout de hiérarchiser le contenu. Les balises Hn sont importantes en SEO car elles permettent d’indiquer aux moteurs de recherche comment notre article est structuré et quels sont les titres les plus importants. Découvrons ensemble leur fonctionnement !

Outils marketingRéférencement - SEO
référencement audio SEO
Le référencement audio cherche sa voie. Comment séduire les enceintes connectées ?

Le référencement audio cherche sa voie. Comment séduire les enceintes connectées ?

Par le biais des enceintes connectées et des smartphones, les assistants vocaux tels que Siri, Cortana, Alexa et Google Assistant font désormais partie intégrante de nos vies. Leur banalisation amène les marques à repenser leur stratégie SEO en tenant compte des nouveaux enjeux de la recherche vocale. Peu à peu, le moteur de recherche Google que nous connaissons tous se transforme en moteur de réponse.

 

CTA-LB-inbound-marketing

LIVRE BLANC

CTA-LB-inbound-marketing